Le programme scientifique

Le programme scientifique

Le programme scientifique

Suite à plus de 15 ans d’actions de conservation et de suivi menées par les Réserves naturelles nationales des Landes (Marais d’Orx, Etang Noir, Courant d’Huchet), le Syndicat Mixte de Gestion des Milieux Naturels (SMGMN) a décidé en 2017 de lancer un programme en faveur du Balbuzard pêcheur en Nouvelle-Aquitaine.

L'origine du programme

En raison de la disparition massive du Balbuzard pêcheur dans de nombreux pays du sud de l’Europe entre la fin du 19ème et le début du 20ème siècle, due notamment à une pression anthropique (destruction directe, empoisonnement, effets du DDT, etc.), des mesures de protection ont été prises (Directive « Oiseaux ») et ont permis à l’espèce de recoloniser lentement certains territoires perdus. Ce rapace piscivore fait l’objet de nombreuses attentions visant à rétablir les populations sur son aire originelle de répartition par l’installation de nids artificiels et le recours dans certains cas à des programmes de réintroduction. Ces derniers voient le jour aux Etats unis (Etats de Pennsylvanie et du Tennessee) dans les années 80. Grâce au succès de ces programmes, la translocation d’oiseaux est recommandée par de nombreux experts en Europe comme moyen d’expansion des populations, réduisant la vulnérabilité de l’espèce.

Alors que des pays tels que la Finlande, l’Allemagne, la Pologne, ou la France s’appuient sur des actions qui accompagnent l’installation des couples nicheurs (installation de plateformes artificielles), c’est en Angleterre, en 1996, que le premier programme de réintroduction est initié en Europe. Le recours à la translocation est un moyen de conservation qui permet la création de nouveaux noyaux reproducteurs viables faisant office de ponts entre les différentes populations. Après plusieurs décennies d’absence sur certains territoires, la mise en œuvre de cette méthode a incité des oiseaux d’origine sauvage à venir se reproduire au plus près des sites de réintroduction par l’effet catalyseur des oiseaux relâchés. Au total, cinq pays européens ont eu recours à cette technique pour la conservation de l’espèce ; il s’agit de l’Angleterre, l’Espagne, l’Italie, le Portugal et la Suisse.

En 2016, malgré la hausse des effectifs en Europe, un plan européen de sauvegarde du Balbuzard pêcheur est adopté par le Conseil de l’Europe faisant notamment ressortir une discontinuité entre les populations du nord et du sud de l’Europe. De par le caractère philopatrique de l’espèce, la colonisation de nouveaux territoires reste très lente et ne permet pas de rétablir à court terme le continuum entre les populations.

En cohérence avec les objectifs du plan européen et suite aux 15 années d’actions de conservation et de suivi menées par les 3 Réserves Naturelles Nationales des Landes (RNN du Marais d’Orx, RNN de l’Etang Noir, RNN du Courant d’Huchet), un programme régional en faveur du Balbuzard pêcheur est lancé au printemps 2018 dans le département des Landes sur la Réserve naturelle du Marais d'Orx pour venir conforter la fin du programme de translocation en Pays basque espagnol achevé en 2017. L'espèce ayant disparu du département des Landes en 1894 suite à une persécution en tant qu'espèce considérée nuisible, ce programme est d'autant plus légitime avec comme objectif d'assurer un retour durable de l'espèce dans le sud-ouest de la France.

 

Carte de répartition des programmes européens (2019)
Carte de répartition des programmes européens (2019)

 

Le programme

L'enjeu principal du programme est de participer au rétablissement du continuum entre les grandes populations du nord de l’Europe et celles situées au sud, plus isolées et de faibles effectifs. Ce programme régional a pour objectif général de rétablir une population viable dans le Sud-ouest de l’Aquitaine, favorisant ainsi le continuum entre les populations de Péninsule ibérique et de France continentale (a minima).

Parmi toutes les actions mises en œuvre, l’opération de translocation de balbuzards reste la partie la plus technique du programme avec le transfert de jeunes issus de la population source reproductrice de région Centre-Val de Loire vers la Réserve Naturelle du Marais d’Orx. Afin d’augmenter toutes les chances de réussite du programme aquitain, tous les moyens ont été mis en œuvre pour que les réintroductions des jeunes durant 4 ans (2018-2021) démarrent dans la continuité de celles achevées dans le cadre du programme basque espagnol (2013-2017).

Les objectifs 

  1. Concourir à l’existence d’une métapopulation de Balbuzards pêcheurs dans le sud-ouest de l’Aquitaine, au Pays Basque espagnol (par l’installation de plateformes artificielles, la mise en place de protocoles de suivi de l’espèce présente et par des actions de partenariat avec des propriétaires et gestionnaires de sites susceptibles d’accueillir l’espèce…) ;
  2. Former un cœur de population reproductrice de Balbuzard pêcheur dans le sud-ouest de l’Aquitaine en cohérence avec le plan de sauvegarde européen (par la mise en œuvre de la technique de translocation) ;
  3. Favoriser le partage de connaissances sur le Balbuzard pêcheur en fédérant un réseau de partenaires et d’acteurs sur le territoire.

2022 représente la première année post-programme. Bien qu’achevé, de nombreuses actions menées durant ces 4 ans du programme ont été reconduites (hormis l’opération de translocation).

 

Balbuzard-mangeoire-rOmain-Datcharry.jpg
Balbuzard-envol-piquet-Romain-Datcharry.jpg
Balbuzard-feces-volière-Romain-Datcharry.jpg

 

La technique de translocation

Cette technique dite du « taquet », aujourd’hui bien maîtrisée, connait un fort succès et permet la formation plus rapide de nouveaux noyaux de populations indispensables à la connexion des populations isolées. Elle consiste à prélever en milieu naturel des jeunes individus non volants au nid et de les placer en volière sur leur nouvelle zone de lâcher. Dans un premier temps, nourris en minimisant le contact avec l’homme, les individus s’émancipent au fil des semaines, et une fois autonomes et volants, sont lâchés et approvisionnés en poisson frais à l’extérieur des boxes jusqu’à leur départ en migration. Environ 3 ans après leur envol, en raison du comportement philopatrique et semi-colonial marqué de l’espèce, 1/3 environ des oiseaux reviendront se reproduire dans le secteur géographique de leur zone d’envol.

 

Rolph-prélèvement-baguage.jpg
Volière.jpg
Jeunes-en-volière.jpg
Bague-orange.jpg
Baguage-peson.jpg
Baguage-note-cahier.jpg

 

Le cadre réglementaire et partenarial

La translocation impliquant de déroger à la réglementation sur les espèces protégées, les demandes d’autorisation administratives correspondantes ont été déposées auprès des services de l’Etat et les conseils scientifiques régionaux et nationaux ont été amenés à se prononcer sur le projet. Par arrêté préfectoral conjoint des Préfets du Loiret et du Loir-et-Cher mais également du Préfet des Landes, les prélèvements et le transport en vue du relâcher des balbuzards ont ainsi été autorisés pour permettre le programme de translocation.

Afin d’assurer une pleine réussite du programme de réintroduction, celui-ci a été mis en place dans une démarche concertée avec les divers partenaires et acteurs du territoire concernés.

Ce programme a été financé à 80% par le Fonds européen de développement régional (FEDER).