L’empreinte de Napoléon III

Dès le début du 18è siècle, on voit apparaître des tentatives d'assèchement du domaine dans le but de le rendre cultivable. Mais c'est en 1840 que les premiers travaux commencèrent réellement après la visite de Napoléon I et la signature d’un décret, trente deux ans auparavant.

Monsieur Lefebvre-Béziers (dont la maison existe toujours) ayant acquis les droits de succession en 1850, réussit à configurer le marais tel que nous le connaissons actuellement, c'est à dire avec son canal de ceinture, sa digue et ses collecteurs. Il engage pour cela 400 ouvriers qui, 15 mois durant, vont creuser 7 kilomètres de rigoles, 20 kilomètres de canaux, 40 kilomètres de fossés !

Le Comte Walewski (fils naturel de Napoléon I), ayant reçu le domaine par donation de Napoléon III, commença à assécher le marais grâce à un système de pompes hydrauliques (1863), frappées d’un aigle impérial gravé dans la pierre (toujours visible). 32 métairies sont également installées pour l’exploitation du site (élevage, polyculture…). Certaines d’entres elles ont été restaurées et aménagées en gîtes ruraux.

A la mort du comte, Napoléon III rachète le domaine pour en faire cadeau à ses deux fils : le comte de Labenne, héritant du droit de chasse et de la jouissance de la maison Lefebvre-Béziers, et le comte d’Orx qui se consacre à l’agriculture. Ce dernier meurt en chemin vers l’Allemagne, parti à la recherche d’une meilleure technologie de pompage.