Echassiers

Bihoreau
  • les Ardéidés

La Réserve Naturelle Nationale du Marais d’Orx est un site important pour les ardéidés avec 9 espèces présentes :

- le Héron pourpré (Ardea purpurea) : on note un couple en 2006, jusqu’à 7 en 2005 et 4 couples en 2007 ;

- le Bihoreau gris (Nycticorax nycticorax), petit héron actif surtout la nuit ; plus difficile à contacter sur le site, il s’observe plus fréquemment dans ses abords immédiats dans des herbiers de Jussie où il prospecte à la recherche de nourriture.

- le Blongios nain (Ixobrychus minutus) ;

- le Crabier chevelu (Ardeola ralloides), ayant niché àa la fin des années 1990, mais dont les effectifs ont chuté par la suite.

- la Grande aigrette (Egretta alba), espèce nicheuse sur le site ; il n’existe que deux sites de nidification connus dans les Landes, dont le Marais d’Orx.

- le Butor étoilé (Botaurus stellaris) : les données sont rares en juin et juillet, or l’espèce est présente sur le site en période estivale.

  • les Threskiornithidés

La Réserve Naturelle Nationale du Marais d’Orx est un site important de halte lors de la migration post-nuptiale de la Spatule blanche (Platalea leucorodia) avec des effectifs pouvant atteindre 200 individus (avec même 302 en septembre 2009  et 437 en septembre 2011). Le Marais d'Orx est également un site important pour la reproduction de cette espèce qui s'y reproduit de nouveau depuis 2005 avec, désormais, huit couples nicheurs et une reproduction avérée. Il n’existe que 2 sites de reproduction de cette espèce dans les Landes, avec le site de Saint-Martin-de-Seignanx.

Voir aussi la page de la Spatule blanche.

  • les Gruidés

La Grue cendrée (Grus grus) est une espèce protégée figurant à l’annexe I de la Directive ”Oiseaux” et sa population occidentale a tendance à croître avec près de 250 000 individus estimés. Située sur le couloir migratoire de la population occidentale de Grues cendrées (Grus grus), la Réserve Naturelle Nationale du Marais d’Orx est utilisée comme halte migratoire, essentiellement lors de la migration post-nuptiale, avec des effectifs pouvant dépasser lors des pics migratoires, la centaine d’individus. Le nombre de Grues cendrées véritablement hivernantes est évalué à une centaine d’individus, alors que plus de 180 oiseaux ont utilisé le site, en halte migratoire, lors des pics de migration.